«

»

Fév 13

UES LA MONDIALE Négociations Annuelles Obligatoires 2020

UES LA MONDIALE

Négociations Annuelles Obligatoires 2020

Grâce à vos nombreux votes de novembre 2019 pour élire vos représentants au CSE, notre syndicat a réussi un excellent score, permettant d’avoir une représentation encore plus importante, pour faire valoir vos intérêts au sein du Groupe. Un grand merci !

C’est dans un contexte perturbé (Loi Pacte, DDA, réforme des retraite, taux bas), qu’une délégation CFE-CGC, s’est présentée aux NAO 2020 pour faire valoir ses propositions.

Comme vous pourrez le découvrir, votre syndicat a été force de proposition mais n’a été que partiellement écouté dans ses recommandations et préconisations.

Nous vous présentons ci-après les différentes mesures salariales proposées par la Direction, avec les avancées obtenues.

 

Nouvelles règles de rémunération présentées par la Direction :

  • Suppression de la franchise de 10 nouveaux clients (prime dès le premier client).
  • Doublement de la prime qualitative par réduction de la commission de maintien afin d’aboutir à une répartition à 50/50 entre la commission de maintien et la prime qualitative
  • Augmentation du seuil de 20 K€ à 30 K€ pour les affaires collectives et régularisation des entrants sur

5 ans au lieu de 3 ans actuellement

  • Passage de 46% à 69% du taux de commissionnement de la prévoyance individuelle
  • Augmentation du taux de reprise de com. de 15 % à 30 % pour les conseillers qui ont plus de 1 000 € de reprise sur 12 mois. Ce taux passe à 50% si la reprise ≥ 10 000€ de PCP.
  • Nouvelle grille de pondération de la PCP en Retraite Individuelle : 

    Selon la Direction, la baisse de pondération de la PCP en Retraite Individuelle se justifie par une baisse de rentabilité des nouveaux produits de Retraite Individuelle Loi Pacte de 30 à 50%. Nous estimons que cette baisse de rentabilité supposée, ne repose sur aucun élément factuel, mais sur ce point, la Direction est restée inflexible.

    Dans l’hypothèse d’un mix-produit inchangé, cette baisse entraine une perte de 8% de la PCP totale, soit 4% de la DADS moyenne d’un conseiller commercial, (environ 2 200 € pour une PCP moyenne annuelle de 170 000€).

     Vous comprendrez aisément qu’il aurait été inconcevable pour nous d’accepter les choses en l’état.

    Mais l’essence même d’une négociation est que nous puissions faire nos propositions.

    Raison pour laquelle la Direction a été attentive, dans la mesure où nous prenions en compte un problème majeur pour le groupe, le vieillissement du portefeuille.

     Ce que nous avons obtenu pour limiter cette baisse de rémunération :

     Obtenu :

     

    • Lissage de la prime qualitative sur 12 mois avec réévaluation trimestrielle

    • Prise en compte de tous les contrats pour les sociétaires ayant moins de 45 ans quel que soit le niveau de cotisation dans la prime de croissance de stock

    • Passage de la pondération de la prévoyance individuelle, de 46% à 75%

    • Intégration des contrats de Santé Collective dans le mécanisme de régularisation collective au même titre que la retraite collective (effet 4T2020).

     

    Partiellement obtenu

    • Proposé : Décalage des bornes de Prime en PP < 42 ans à < 45ans et <56 à <59 ans
      • Obtenu : 1ère borne passage à < 44 ans

     Refus 

    • Refus de la Direction pour que la pondération de notre cœur de cible 42 – 55 ans soit au moins à 100% en gestion par horizon.

    Comme vous le constatez, les améliorations proposées ne permettent pas de compenser intégralement la perte occasionnée par la nouvelle grille de pondération.

    Cependant, elles permettent de limiter l’impact négatif entrainant finalement une baisse comprise entre 1 et 1.5% de la DADS moyenne.

    Néanmoins, ces nouvelles mesures prévues à effet 01/07/20, vont nous amener à réorienter notre marché sur une cible plus jeune, en axant notre effort commercial sur la prévoyance et le collectif.

    Pour conclure, étant donné notre niveau d’exigence et au regard du mandat que vous nous avez confié, nous ne sommes pas favorables à la signature d’un accord pour les NAO 2020, malgré les avancées obtenues.

    Ce barème va, en effet, nous obliger à accroître notre productivité pour conserver le même niveau de rémunération, tout en supportant les contraintes de gestion administrative, qui sont devenues insoutenables.

    Et la « sainte digitalisation » ne sauvera pas tout, tout de suite !

    Il est donc essentiel à ce stade de nous remonter toutes les problématiques que vous rencontrez, afin de nous permettre d’intervenir auprès de la Direction, pour tenter d’y trouver une issue favorable.