Mar 30

L’INTERSYNDICALE DE L’UES LA MONDIALE

LOGO CFDT

LOGO FOlogo cfe-cgc

L’INTERSYNDICALE DE L’UES LA MONDIALE  DES SITES PARISIENS VOUS INFORME

Après plus de 6 mois d’informations et de consultations ainsi qu’une expertise indépendante diligentée à notre initiative, par un expert agréé, notre Direction est incapable ou En savoir plus »

Mar 22

Indemnité Kilométrique Vélo (IKV)

Lorsque l’on parle d’AG2R-LA MONDIALE, on pense bien entendu au Groupe de Protection Sociale que nous sommes, mais l’on pense aussi, à « Equipe Cycliste ».

Avec les excellents résultats de l’équipe cycliste, et la mise en place sur divers site du Groupe de « challenge cycliste » pendant le Tour de France, le Groupe AG2R-LA MONDIALE a déjà grandement concouru à faire connaitre à ces collaborateurs « Le Sport », mais également le moyen de transport qu’est le vélo. L’application « Vivons Vélo » est un nouvel exemple d’initiative du Groupe afin de promouvoir le vélo et conforte davantage le groupe dans sa démarche écologique. En savoir plus »

Mar 19

Lettre ouverte aux membres du COMEX

Mesdames, Messieurs,

Nous, managers commerciaux et administratifs des sites parisiens et monsois, souhaitons vous alerter sur la situation du groupe et en particulier de La Mondiale.

Depuis plusieurs années la situation s’est tendue. Petit à petit, nous avons géré, pris sur nous, mais aujourd’hui nous sommes à bout. En savoir plus »

Mar 10

Nouveau “process” définissant l’attribution des primes d’objectifs des salariés administratifs.

“La section CFE/CGC de l’UES LA MONDIALE vous informe et agit pour défendre les intérêts de tous les collaborateurs”.

Information sur la note du COMEX définissant l’attribution des primes d’objectifs des salariés de l’UES LA MONDIALE des classifications 1 à 3 et 4 à 7.

A l’occasion de la réunion de l’Instance Unique de l’UES LA MONDIALE des sites parisiens du 19 janvier 2017, nous avons obtenus la fiche N°6 du COMEX définissant le nouveau process du variable des administratifs du GIE LA MONDIALE.

(Fiche que vous pouvez consulter auprès de vos représentants du personnel CFE-CGC UES LA MONDIALE)

 Nous avons surtout enfin obtenu que notre DRH confirme explicitement et concrètement la mise en application de cette fiche annuellement actualisée, intégrant les montants de contribution de chaque collaborateur par classification sur laquelle nous n’avons malheureusement jamais été consultés.

 

Collaborateurs et manageurs, le saviez-vous ? En savoir plus »

Mar 02

Déménagement des collaborateurs “parisiens” vers le site de Vivacity (Gare de Lyon)

LA CFE/CGC de l’UES LA MONDIALE VOUS INFORME ET AGIT

POUR DEFENDRE LES INTERETS DE TOUS LES COLLABORATEURS

 

Consultation relative au projet de déménagement des collaborateurs parisiens vers le site de Vivacity (Gare de Lyon)

A l’occasion de la réunion exceptionnelle de l’Instance Unique de l’UES LA MONDIALE des sites parisiens du 02 février 2017, un avis motivé défavorable a été rendu à l’unanimité sur ce projet en lien avec les conclusions du rapport indépendant d’expertise et les éléments présentés (ou marquants) durant les précédentes réunions.

(Eléments consultables auprès de vos représentants du personnel CFE-CGC UES LA MONDIALE)

 

L’avis complet de l’Instance Unique sur le projet de déménagement vers le site de Vivacity : En savoir plus »

Mar 02

Bilan de notre régime de santé

LA CFE CGC UES LA MONDIALE  VOUS INFORME ET AGIT

POUR DEFENDRE LES INTERETS DE TOUS LES COLLABORATEURS:

 

Information sur les conclusions de la commission Santé du 22 novembre 2016 définissant les cotisations patronales-salariales 2017 de l’UES LA MONDIALE

A l’occasion de la réunion de la commission Santé-Prévoyance des salariés de l’UES LA MONDIALE, nous avons obtenu les comptes 2015 de notre régime santé.

(Synthèse que vous pouvez consulter auprès de vos représentants  du personnel CFE-CGC UES LA MONDIALE)

Bien que notre régime santé soit à l’équilibre sur 2015 et que rien n’indique factuellement une dérive sur 2016, notre direction souhaitait augmenter les cotisations très majoritairement sur la part salariale.

 La CFE-CGC s’est opposée avec l’ensemble des Organisations Syndicales présentes à cette proposition d’une revalorisation déséquilibrée dans sa répartition.

 En conclusion, nos actions ont été pertinentes et prises en considération avec l’annonce en CE du 16 janvier 2017 des décisions de l’employeur, confirmant le maintien sur 2016-2017 des cotisations actuelles.

Malheureusement notre Direction a indiqué aussi refuser en l’état une amélioration de nos garanties sans augmentation des cotisations.

 

Vous trouverez confirmation des réponses RH synthétisées sur ce sujet et bien d’autres dans le procès-verbal de la réunion du comité d’entreprise de l’UES LA MONDIALE du 16 janvier 2017.

 

Pour consulter les comptes rendus:

http://declics/rh/Pages/Instances_representatives_du_personnel

Les comptes rendus CE

Les comptes rendus de l’Instance Unique Mons Réseau

Les comptes rendus de l’Instance Unique des sites Parisiens

Jan 25

La mondiale MONS: LA REALITE A PARTIR DE 2017…

LE CONTRAIRE de chacun pour soi

L’ensemble de nos équipes CFE-CGC LA MONDIALE vous a accompagnés avec beaucoup de plaisir tout au long de l’année 2016.

Vos élus et représentants CFE-CGC Mons présentent leurs meilleurs vœux de bonheur et de réussite pour l’année 2017 à l’ensemble des collaborateurs de l’UES LA MONDIALE (GIE LA MONDIALE, GIE EDITIQUE, APREP):

Elus et repésentants de la Mondiale MONS

 En 2016, la CFE-CGC de l’UES LA MONDIALE était la seule Organisation Syndicale à avoir légitimement refusé de signer l’accord NAO 2016 qui réduisait les abondements du PEE et introduisait de la part de notre employeur une Prévoyance collective payante obligatoire pour les salariés administratifs avec une tarification programmée en augmentation pour les trois années à venir.

 Certains d’entre vous malheureusement constateront les effets des prélèvements avec des baisses de salaires nets induites fin 2017, 2018, etc.

LA REALITE A PARTIR DE 2017

 

  • Pas d’augmentation collective pour les salariés de l’UES LA MONDIALE en 2017
    • Une baisse minimum de 25% du budget d’augmentation individuelle
  • Une baisse des salaires nets induite par une diminution programmée de la participation employeur sur la Prévoyance collective payante obligatoire
  • Une volonté énoncée en décembre de diminuer la participation employeur pour notre Mutuelle Santé, impliquant de nouvelles hausses tarifaires

 

A défaut d’augmentations collectives strictement refusées par notre Direction, les Négociations salariales 2017 se sont clôturées sur un accord signé par

la CFE-CGC et l’ensemble des Organisations Syndicales, car après trois années d’argumentation nous avons mis fin à un chantage récurrent en obtenant pour les salariés de l’UES LA MONDIALE :

 

  • une cristallisation à long terme des abondements PEE (150% d’abondement de 0 à 500€ et 30% de 501€ à 3 000€)
  • Une mise à disposition définitive, au libre choix des salariés d’un PERCO abondé à 50% sur les 1000 premiers € avec la possibilité de verser 500€ issus de l’intéressement

(PERCO = Plan d’Epargne pour la Retraite Collective avec possibilité de sortie en capital défiscalisé)

 

Même si les salariés de l’UES LA MONDIALE bénéficient d’un accord d’intéressement, la CFE-CGC considère que le résultat des NAO 2017 n’est pas du tout satisfaisant dans la mesure où près de 100% du résultat 2016 du Groupe AG2R LA MONDIALE sera réalisé par LA MONDIALE.

 

Vos élus et représentants CFE-CGC Mons sont à votre écoute sur vos réactions, questions et préoccupation

LE CONTRAIRE DE DECIDER A VOTRE PLACE

Jan 04

L’ensemble de nos équipes CFE-CGC LA MONDIALE vous ont accompagné avec beaucoup de plaisir tout au long de l’année 2016.

Nous vous souhaitons une année à venir florissante de succès.

boules noel

 

 
Vos élus et représentants CFE-CGC Paris vous présentent leurs meilleurs vœux de bonheur pour cette nouvelle année.

Equipe CFE CGC sites de Paris

Dans un groupe AG2R-LA MONDIALE de plus de dix mille salariés, la CFE-CGC souhaite que 2017 soit une année de réussite pour l’ensemble des collaborateurs de l’UES LA MONDIALE (GIE LA MONDIALE, GIE EDITIQUE, APREP) dont elle continuera à défendre les intérêts.

La CFE-CGC de l’UES LA MONDIALE était en 2016 la seule Organisation Syndicale à avoir légitimement refusé de signer l’accord NAO 2016 qui réduisait les abondements du PEE et introduisait de la part de notre employeur une Prévoyance collective payante obligatoire pour les salariés administratifs avec une tarification immédiatement programmée en augmentation pour les trois années à venir.

Certains d’entre vous malheureusement constateront les effets des prélèvements avec des baisses de salaires nets induites fin 2017, 2018, etc.

Nous avions aussi totalement refusé sur ce sujet le phagocytage des droits des salariés du groupe fermé ainsi que des prélèvements supplémentaires.

 A défaut d’augmentations collectives strictement refusées par notre Direction, les Négociations salariales 2017 se sont clôturées sur un accord signé par

la CFE-CGC et l’ensemble des Organisations Syndicales, car après trois années d’argumentation nous avons mis fin à un chantage récurrent en obtenant pour les salariés de l’UES LA MONDIALE :

– une cristallisation à long terme des abondements PEE (de 0 à 500 € avec abondement à 150% et de 501€ à 3 000€ avec abondement à 30%)

– une mise à disposition définitive en 2017 d’un PERCO abondé au libre choix des salariés.

(PERCO = Plan d’Epargne pour la Retraite Collective « avec possibilité de sortie en capital »)

 Une nouvelle organisation géographique va impacter en 2017 les salariés du groupe AG2R LA MONDIALE avec plus de 1600 déménagements prévus dont presque 300 pour les salariés d’Ile de France de l’UES LA MONDIALE.

Vos élus ont immédiatement réagi à l’annonce de ce projet avec l’Instance Unique Parisienne en missionnant un expert indépendant afin d’accompagner et d’analyser l’impact sur votre vie professionnelle et personnelle.

Tous vos élus CFE-CGC sont à votre écoute sur ces sujets et ceux à venir.

Et en vous inscrivant sur ce site (avec une adresse mail personnelle ou pro) début janvier aux newsletters, vous serez directement informés sur le déroulement et les conclusions des négociations 2017/2018.

Nous vous garantissons évidement une totale confidentialité de votre inscription sur ce site.

Déc 30

“Les inspecteurs sont les relais des stratégies d’entreprises”

Interview de Francky Vincent, président du SNIA (Syndicat National de Inspecteurs de l’Assurance), fédération CFE CGC.

Par Florence Duflot, chef de rubrique à la TRIBUNE DE L’ASSURANCE- Le 22/12/2016

Depuis toujours, les inspecteurs d’assurance anticipent et s’adaptent aux évolutions. En cette période instable et mouvementée, leur syndicat professionnel, le SNIA, fait en sorte de le rappeler.

Quel est fin 2016 le taux d’adhésion au SNIA ?

Sur les 6 120 inspecteurs recensés dans la profession, 1 800 adhèrent au Syndical national des inspecteurs d’assurances (SNIA), soit un taux d’adhésion de 30 %. Comparé à la moyenne nationale, le SNIA détient un record de représentation. Nous sommes l’un des corps les plus anciens et les plus solidaires. Les inspecteurs s’identifient bien à leur syndicat qui défend les intérêts individuels et collectifs. Notre ambition est d’atteindre 2 000 adhérents pour les 90 ans du SNIA en 2018. Le lancement de notre chantier développement syndical devrait nous y aider. Nous avons déjà édité un flyer « 8 raisons d’adhérer au SNIA ». Nous incitons nos membres à parrainer des collègues, et nous organisons des réunions en régions avec la participation de spécialistes de la communication et du coaching.

La baisse des taux obligataires vous fait-elle peur ?

Cette baisse des taux obligataires nous préoccupe, car les compagnies ont moins de marge de manœuvre qu’avant. Elles ont moins de revenus émanant des produits financiers. Les fonds en euros sur les contrats d’assurance vie ne sont plus rentables. Aussi, elles cherchent à orienter leurs clients vers les unités de compte et à diminuer leurs frais généraux. Ce qui n’est pas sans avoir d’incidence sur leur politique de distribution, voire sur l’emploi à terme. Quoi qu’il en soit, les entreprises ont toujours besoin de l’inspection pour faire appliquer leur stratégie auprès des distributeurs, surtout de réseaux salariés. Nous demeurons un relais incontournable. Nous avons aussi conscience des évolutions qui impactent notre métier, qu’elles soient technologiques avec les nouveaux outils de travail, ou managériales. Beaucoup de sociétés fonctionnent désormais de façon plus libérale en mode start-up et participatif. C’est à nous de nous adapter, d’anticiper et d’être force de solution. Le SNIA devient alors un excellent vecteur de concertation avec nos dirigeants d’entreprise.

Que pensez-vous de la volonté du gouvernement de réduire le nombre de branches professionnelles et du coup des CCN ?

Le gouvernement a fait savoir au travers de la loi travail qu’il allait réduire le nombre de branches professionnelles. Ne sont concernées que celles qui totalisent moins de 5 000 salariés. L’inspection n’est donc en principe pas visée. Le SNIA, comme la Fédération de l’assurance CFE-CGC et la confédération, veulent être vigilants par rapport à des rapprochements inappropriés entre branches et conventions collectives. Certaines organisations syndicales mettent la pression depuis longtemps sur la FFSA, aujourd’hui FFA, sur le thème du regroupement des conventions collectives de l’assurance. Nous y sommes foncièrement opposés, car notre métier comporte des spécificités, notamment le principe de la concertation figurant à l’article 17B de notre CCN inspection de juillet 1992. Notre syndicat est totalement décomplexé à ce sujet. Nous continuons de nous battre pour préserver notre identité et être en capacité de créer les conditions des réformes. La Fédération de l’assurance CFE-CGC porte le même discours et les syndicats fédérés ont la même vision de l’importance de la spécificité des conventions.

Les inspecteurs veulent être force de proposition et faire figure d’incubateur. Comment vous êtes-vous organisé pour y parvenir ?

Devant les évolutions managériales et numériques que nous connaissons, nous voulons être force de proposition vis-à-vis des compagnies. Aussi, 2016 a été consacré à la réflexion ; nous avons rencontré les responsables des sections d’entreprises, et nous sommes ouverts aux plus petites entreprises, notamment Afi-Esca et Aréas. Nous avons mis en place plusieurs chantiers, outre ceux déjà évoqués de la concertation et du développement syndical et nous allons rencontrer en 2017 un nombre important de dirigeants d’entreprise pour défendre nos idées.

Quels sont ces chantiers ?

Ils concernent la digitalisation et la transformation numérique. Nous estimons que ce n’est pas intuitif. L’inspecteur maîtrise son métier, mais pas nécessairement ces nouveaux outils ou réciproquement. Raison pour laquelle une formation doit être obligatoirement délivrée à des inspecteurs référents. Lesquels pourraient se charger de démultiplier l’action sur le terrain. Les méthodes de travail et de captation des clients changent. Même si la recommandation commerciale joue encore à plein, aujourd’hui les réseaux sociaux sont devenus un vecteur nouveau pour capter les clients. A ce titre, les inspecteurs, seules professions commerciales et techniques que nous retrouvons dans tous les réseaux de distribution, pourront faciliter la stratégie de redistribution des clients captés via les réseaux sociaux. Les inspecteurs auront besoin de formations qui seront dispensées par les écoles internes des sociétés et financées par elles. Il va falloir promouvoir dans ce domaine les échanges de compétences entre juniors et seniors.

Vous avez justement lancé un chantier jeune pousse !

Oui, c’est très important d’associer les jeunes professionnels à nos réflexions. Car ils seront les décideurs de demain. Ils ont entre 30 et 45 ans. Si précédemment on ne devenait inspecteur qu’à travers la promotion, aujourd’hui l’inspecteur est également recruté sur le marché extérieur de l’emploi. Ainsi, son profil évolue : certains sont d’anciens directeurs régionaux de banque, directeurs marketing, managers… Ils entrent dans cette profession plus jeunes et sont plus mobiles. Ils changent de réseaux par exemple, passent du réseau courtage collectives au réseau salarié ou au réseau agents généraux. Fort de ce constat, le SNIA a prévu 5 à 6 réunions annuelles pour recueillir leur vision, notamment sur l’évolution managériale et digitale. Nous avons lancé également deux autres chantiers qui touchent aux retraités et aux femmes. Nous souhaitons conserver nos retraités au bureau exécutif, au bureau national et au conseil syndical. Leur expérience nous est précieuse. Nous avons mis en place à leur intention un service similaire aux prestations sociales d’un comité d’entreprise qui leur permet de disposer d’avantages non négligeables et nous allons également réfléchir à un système de prévoyance complémentaire. Nous allons aussi approcher nos confrères qui ont entre 55 et 58 ans, pour les sensibiliser à la question. A l’égard des femmes dont le taux d’adhésion est plus faible (14 %), nous allons travailler le parrainage. Et entamer une réflexion sur l’inspection au féminin.

En 2017, quels seront les principaux axes de travail du SNIA ?

Nous rencontrerons les dirigeants d’entreprise en venant avec nos propositions et nos idées ; il sera important de connaître les réflexions des dirigeants sur l’inspection agence et courtage et la nécessaire revalorisation de l’inspection technique (respect de l’article 2 de notre convention). Au niveau des réseaux salariés, nous serons vigilants quant au développement du nombre d’inspecteurs. Nous veillerons à ce que la concertation soit bien appliquée partout conventionnellement. Un séminaire de réflexion réunissant les membres du bureau exécutif a eu lieu début décembre avec pour objectif de planifier toutes les actions 2017.

L’article dans son contexte : http://www.tribune-assurance.fr/article/6294-les-inspecteurs-sont-les-relais-des-strategies-d-entreprises?autoLoginToken=1953ba8a06f38f58bd2aabee240252989615d578505cec17a0560b288a3596e5

Déc 22

Négociations Annuelles Obligatoires 2017 des commerciaux: rien ne change!!!

Nous avons donc été informés, après des mois de tergiversations, que c’est l’hypothèse 2 qui a été retenue au sujet de l’impact des taux bas sur les contrats retraite individuelle, anciennes gammes.

C’est-à-dire que nous pouvons continuer à exercer notre métier de façon normale, sur l’ensemble de la gamme retraite jusqu’en octobre 2017.

Cela a au moins l’avantage de clore le débat. Mais après cette date, que se passera-t’il ? Aucune info … La table de mortalité garantie à l’adhésion sera-t’elle toujours appliquée ?

Concernant l’action arbitrage UC En savoir plus »

Articles plus anciens «

« Articles plus récents